L’école du désert, une nouvelle version

L'école du désert 2016, couvertureDouze ans après sa publication, voir son premier livre publié avec de nouvelles illustrations est assez étrange. J’ai passé tant de temps en sa compagnie, fait tant de rencontres dans les classes, les médiathèques… Ce tout premier livre sous le bras, je me souviens de mon premier salon, à Limoges, au milieu d’auteurs qui avaient des dizaines, voire cent livres publiés ! Puis Noura a suivi une belle route, avec plus de cent mille exemplaires vendus, et tant d’enfants qui ont suivi du bout du doigt les mots qui racontent son histoire…

Aujourd’hui, Noura a changé de visage. Elle habite désormais l’univers de Marie Caudry, un très bel univers aussi ! Son histoire prend place dans la collection des “premières lectures” chez Magnard, en version souple.

Bon vent, Noura, sur cette nouvelle route !

Retour sur l’été… Sarrant

sarrantlematinIl était une fois un petit village de maisons de pierre blotti entre des murailles ouvertes sur une immensité de champs aux couleurs saturées de soleil… il était une fois dans ce petit village gersois, un couple de libraires hors normes (mais les libraires et la norme vont rarement bien ensemble…), Cathy et Didier Bardy qui inventèrent “Des livres et vous”, une librairie… tartinerie, à Sarrant, rien n’est comme ailleurs. Quand ce village de maisons de pierre, quand ce couple de libraires et l’association “Lires”, quand Marie Paquet et sa médiathèque départementale… ont rencontré François Place, la détonation a résonné jusque loin, bien plus loin que les horizons habituels…
les Estivales de l’illustration étaient nées. On était en 2014 et l’histoire ne faisait que commencer.

Cet été 2015, du 16 au 19 juillet, les invitées d’honneur étaient Delphine Perret et Carole Chaix. J’ai eu l’immense privilège d’y être la première écrivaine invitée parmi huit illustrateurs formidables. J’y ai mené trois jours de master class autour de “l’écriture en chantier” sous les arbres de la cour de l’école. On a tous respiré cet air de liberté, ce vent de création, dans les rues, les maisons, du matin au soir, les ateliers, les inventions, les discussions, les conversations, tout était prétexte à vivre plus fort.

Au générique :
autour de Carole Chaix et Delphine Perret, Benjamin Chaud, Gilles Bachelet, Cyrille Pomiès, Natali Fortier, Régis Lejonc et Cécile Roumiguière, les sérigrapheuses Mamouchkas (Julie et Laura) et Iris Miranda à la gravure, les libraires et leur équipe de choc, les bibliothécaires, une équipe de bénévoles hors pair, des hôtes chaleureux, les participants aux master class, les adolescents du camp de vacances, les habitants du village, les paysans, maraîchers, et l’équipe de la cantine pour des apéros et des repas inoubliables, les petits déjeuners, les soirées… et un concert sous l’orage !

Longue longue vie à ces Estivales dans ce village qui a déjà toutes les couleurs de “village de l’illustration”…

Je me permets d’emprunter quelques photos sur le site de La Tartinerie (la plupart des photos sont signées Jérémy Jeey).
Allez faire un tour sur leur site pour avoir plus d’images et de renseignements sur cette magnifique entreprise.

Sarrant, un village le crayon sur le cœur.Carole Chaix et Didier Bardy.Ouverture des Estivales 2015.Master class du matin.Master class, concentration concentration…Des mains en écriture.On s'active, on s'agite, mise en place de l'exposition des master class.Une master class aux champs avec Carole Chaix.L'heure de la cantine (et quelle cantine !).Sieste et lecture murmurée.Illustrations sur les fenêtres du village, ici, Carole Chaix.Une fresque, tout le monde aux crayons.Barbora, de la librairie, le sourire des bénévoles !Cathy et Gilles, soirée inventée.Dessiner les yeux bandés, défi relevé par Delphine Perret.Ou dessiner en guidant la main de l'autre… ici avec Cyrille et Julie.Un concert sous l'orage, violent, magnifique.

Point du jour sur les rencontres…

Tellement de rencontres, avec des moments intenses, et pas assez de temps pour en parler. Après les Incorruptibles de Saint-Cyr et ceux de Val de Reuil, la semaine passée à Douai et son fabuleux salon organisé par les Brouillons de Culture, deux jours encore à Douarnenez avec les Incorruptibles, demain, début d’une semaine au salon de Saint-Germain-lès-Arpajon.

• En attendant, retour en images sur quelques-uns de ces moments forts.

À Val de Reuil, un portrait de Bala.… et un portrait de l'auteur réalisé pendant la rencontre par Maïly.À Saint-Cyr-sur-Mer, des robes pour Marilou et Mamilona… une blanche…… une robe orange…… une bleue…… et une en noir et blanc.Au collège Darras-Riaumont, à Liévin, des boîtes décor pour le Fil de soie.Tous les décors mis en scène et commentés (collège Darras-Riaumont).Les décoratrices (collège Darras-Riaumont).Et les décorateurs, réalisateurs du gâteau d'anniversaire de Marilou et de…… la machine à coudre de Mamilona ! (Toujours au collège Darras-Riaumont).Une scène de théâtre, extrait du Fil de soie (collège Darras-Riaumont).Et la présentation de la poupée et de sa robe à secrets (collège Darras-Riaumont).

 

• Il y a les lettres écrites à Marilou et les textes, les poèmes et les collages à la manière de Klimt des CM2 de Douarnenez, un grand calepin de textes et de dessins à Douai, des réflexions drôles, d’autres qui interrogent, des rires aussi…

• Et le montage réalisé par les sixièmes du collège Michel Le Bris, à Douarnenez, avec leur documentaliste, Pascal Le Guennec.

Curiosités nomades

Enfants, ne tuez jamais en vous ce désir nommé nomade (Thomas Scotto).Comment raconter une folie curieuse ? Pour ouvrir l’été, ce passage dans une bande d’allumés des mots, des images, des pensées et des fous rires ? Le dire avec les mots officiels : “Restitution de la résidence partagée de Cécile Gambini et de Thomas Scotto, avec Carole Chaix, Franck Prévot et Cécile Roumiguière” ? Non, pas assez coloré.

Avec le programme ? Essayons… Conversation à dessins et mots rompus sur les murs de la Boutique éphémère, lectures croisées des textes des auteurs et des illustrateurs par des collégiens investis, lecture langue des signes, lecture et accordéon, puis la soirée ouverte par Mme Loyal, lecture “maison” au cœur des peintures de Laure-Ellen et des monstres céramiques tout droit échappés de l’album Tine de Cécile G., atelier clandestin “chez Cécile R. et Hélène”, diaporama d’ateliers et de poésies d’océans mis en scène par Franck, lecture dessinée d’un texte inédit par Carole et Cécile R., tombola surprise des Nomades, le final en un duo ébouriffant de Cécile G. et Thomas, la brocante “comme dans son atelier” de Cécile G.… et un buffet à la lumière des lucioles.

Voilà qui ne donne pas encore toute la mesure de la démesure des nomades Grains de lire, ni de leurs délires. Agir sur le terrain, créer des façons d’inventer, de partager, ouvrir les livres à ceux qui ne lisent pas, parier sur le reste d’enfance tapi en chacun d’entre nous pour semer ces curieux grains de lire, grains de vivre, et de vivre libre, pour que demain reste couleur coquelicot.

Alors le dire en images… avec les photos de Jacques Prat-Delavière (merci encore !).
Cliquez sur les images pour les agrandir.

• Les lectures racontées par les lecteurs collégiens.