S’aimer

S'aimer, couverture (Gwen Le Gac)

Un album écrit à partir des images de trente-neuf illustrateurs
À pas de loups, 16 novembre 2016

— Nous nous sommes tant aimés… Pourquoi, comment ? Qui sait au juste comment se conjugue le verbe s’aimer ?

— Restait à trouver le moyen de te dire que…
— La façon d’ouvrir la page, de lancer les mots qui nous réuniraient.

Une proposition

Automne 2015. Encore sous le choc des attentats du 13 novembre, je prends le train pour le salon Esperluette, à Cluzes. Laurence Nobécourt m’appelle. Comme elle l’a fait avec Germano Zullo pour À pas de loups, l’album qui ouvre son catalogue, elle voudrait me confier un livre collectif : des illustrateurs réalisent une image, j’écris à partir de ces images. Je rêve d’une proposition comme celle-là depuis longtemps ! Quand Laurence me demande si je pense à un thème, je ne réfléchis pas une seconde, je réponds : « S’aimer. »

Joanna Concejo • Chiarra Carer • Bobi-Bobi • Gaia Guarino • Cécile Gambini • Albertine • Xavière Broncard • Aurélia Fronty • Martine Perrin • Philippe de Kemmeter • Kotimi • Andrée Prigent • Emmanuelle Eeckhout • Géraldine Alibeu • Natali Fortier • Elis Wilk • Dominique Descamps • Corinne Zanette • Marc Daniau • Hubert Poirot-Bourdain • Sophie Daxhelet • Audrey Calleja • Csil • Sabine De Greef • Marielle Durand • Kris Di Giacomo • Herbéra • Régis Lejonc • Gwen le Gac • Catherine Pineur • Nathalie Paulhiac • Rascal • Astrid de l’Aulnoit • Barroux • Françoise Rogier • Éva Offredo • Laurent Corvaisier • Nathalie Novi • Carole Chaix

C’est après que je me rends compte de la gageure : s’aimer… c’est un sacré thème. Un pari risqué. Ne pas tomber dans l’eau de rose, ne pas donner de leçon, travailler les impressions, prendre les mots au corps pour ne pas gâcher, ne pas en dire trop, suggérer, faire résonner le vécu de chacun, un pied dans l’intime, l’autre dans l’universel. Oui, un pari fou.

Des illustrations

Du côté des illustrations, au format à l’italienne, j’ajoute la contrainte de faire entrer et sortir un lien, un fil, un trait de l’image. Je tiens à écrire une histoire qui coure tout le long du livre, comme ce lien.

Les premières illustrations arrivent, je suis fascinée. Et bientôt je m’aperçois du deuxième côté du pari fou : les images sont très différentes, les styles, les couleurs, les univers… Au niveau du sens et visuellement, comment passer d’une image à une autre ? Forcément, certaines évoquent la même idée, comment faire pour qu’il n’y ait pas de redite ? Des illustrateurs m’envoient plusieurs images, je les garde toutes, ou presque, et je commence à voir, ou plutôt à “entendre” l’histoire. Je rebondis sur les illustrations pour faire avancer un dialogue.

Un escalier d'images, été 2016Accrochées sur une rampe d’escalier, les illustrations me narguent, elles m’entraînent ou me résistent. Je change l’ordre, recommence. Il faut que le dialogue sonne vrai et que les images s’enchaînent de la façon la plus fluide possible.

Ensuite vient le travail de l’éditrice, de la graphiste, Annaig Schmiedeberg, celui de l’imprimeur…

À vous maintenant de vous emparer de S’aimer ! Un livre à lire seul, à deux, à plusieurs, ensemble, d’une génération à l’autre, puis à refermer pour parler, pour rêver… en se posant la question : « et si s’aimer était l’aventure ultime ? »

Merci à toi, Laurence, merci à vous tous, illustratrices, illustrateurs qui m’avez confié vos images et m’avez permis de vivre ces moments d’écriture intenses.

© Illustration de couverture Gwen Le Gac