salon

Retour de Limoges

Limoges 2005, 2006 ? Mon premier salon. Un seul livre sur ma table, le premier, L’école du désert, posé à côté des cents livres d’Hubert Ben Kemoun. Et une première rencontre, dans une classe de… maternelle. Vive l’improvisation ! Les livres jeunesse étaient déjà sur le stand de la librairie Rêv’en Pages, et on y était bien.

Lire à Limoges 2017… Hier donc, un salon tout aussi décoiffant. Parce qu’à Limoges il y a…

Cyril Malagnat qui orchestre la bande des auteurs et des illustrateurs jeunesse d’une main de maître, merci Cyril ! Le stand de la librairie a changé de place mais on y est bien reçu (avec notamment cette délicate attention d’une vraie remise qui permet de repartir avec les livres des copains dans la valise).

Il y a l’équipe municipale, attentive et souriante (coucou Marylène, Lydie, Natacha…), les employés municipaux de tous horizons transformés en chauffeurs le temps d’un week-end. Des enfants dans les écoles et des enseignants impatients de nous rencontrer (spécial coucou à mes nouveaux amis de l’école Joliot Curie, Descartes, Montjovis).

Il y a le chapiteau bien sûr mais aussi la BFM, véritable vaisseau… On y emprunte des livres, on y regarde des expositions (celle d’Eva Offredo en ce moment), on y lit à voix haute, on y prend le petit-déjeuner avec des lycéens qui poussent un trio d’auteurs à réfléchir à leur processus d’écriture comme rarement (coucou Manu Causse, Mathieu Pierloot), on y dîne, on y… danse sur un improbable dance floor au coude à coude avec la sublime Nancy Huston, des écrivains, des élus, des organisateurs.

À Limoges, il y a aussi les copains, les fous rires… les Gif animés de Taï-Marc, les cadeaux de Guillaume et les autres, le rendez-vous au bout du monde avec Hélène, les conversations avec Sabrina, Ghislaine, Yacine, Christian, Raphaële, Maria, Katherine, Thierry, Stéphane et Stéphane, Émilie, Yann… les trop vite croisés, Anne-Gaëlle, Jessie, Sophie… et tous les autres !

Ah, et à Limoges, il y a aussi le prix Izzo pour Les fragiles.