Épuisés

Les livres qu’on ne trouve plus qu’en bibliothèque, au coin d’une brocante… ou sur des sites de revente en ligne.

Entre deux rives, Noël 43

Illustré par Natali Fortier
Parution novembre 2006, Gautier-Languereau (épuisé)

 

noël43-couverture_72dpi

Salon du livre de Paris, mars 2005.
Anne Marchand, avec qui je viens de réaliser À l’ombre du tilleul, me demande si j’ai déjà écrit des contes ou des histoires de Noël. Noël ? Les sapins, les papas Noël, les rennes et le petit Jésus ? Pas pour moi tout ça… Pourtant, le week-end suivant, une histoire de rivière me vient. Mêlée de souvenirs. Mon frère et moi, cachés derrière une grange, découpant un oiseau pour voir ce qu’il y a à l’intérieur, l’enterrant ensuite avec cérémonie, puisqu’il ne se réveille pas. La rivière, toujours, entre deux enfants, et la guerre. Étrange histoire venue d’une mémoire que je ne savais pas posséder…
Mais elle est trop longue, il faut la couper en deux. Difficile chirurgie. La scène de l’oiseau disparaît, le fond reste. Ce travail éditorial largement entamé avec Anne Marchand, terminé avec Brigitte Leblanc, la question de l’illustration se pose. Maryvonne Denizet pense à Natali Fortier comme une évidence. Lili PlumeQuartiers d’orangeDes mots plein les poches… les personnages de Natali m’enchantent. Un air, une attitude, et toute leur histoire, toutes leurs histoires transparaissent avec tendresse, humour, poésie. Bref, quand Natali accepte d’illustrer Entre deux rives, je suis aux anges !

D'une rive à l'autre, couverture (Natali Fortier)Aujourd’hui encore, l’émotion me submerge devant les si belles illustrations de Natali. Peut-être, un jour, ce livre renaîtra-t-il sous une forme ou une autre ? Qui sait… 
Oui ! Le revoilà, avec une nouvelle couverture, une nouvelle maquette, il renaît grâce aux éditions À pas de loups. Vous saurez tout en cliquant ici.

À l’ombre du tilleul

Illustrations de Sacha Poliakova
Parution septembre 2005, Gautier-Languereau (épuisé)

tilleul_couv_72dpi

Samuel rêve sous le tilleul, les vacances sont finies. Demain, il rentre chez lui. Il doit laisser sa grand-mère Magda et retourner à l’école. Le tilleul perdra ses feuilles, les bourgeons pousseront, puis les feuilles sortiront et enfin il retrouvera l’été et grand-mère Magda. Dans cette boucle du temps, la tendresse et la poésie affleurent. Les magnifiques illustrations de Sacha Poliakova, toutes en finesse et en humour, donnent une multiplicité de lectures à
cette histoire.
• Traduction en coréen chez Korea Hemingway.

Prix Octogones 2005, catégorie comptine-poésie · Coup de cœur Ricochet · Chronique Sitartmag · Sélection Choisir un livre oct. 2005 · Nommé “Prix littéraire des enfants de l’Estérel” 2006…maternelles

• Chronique “Les Maternelles” France 5, janvier 2006

Le voyage de Poéma

Illustrations de Claire Delvaux
Magnard Jeunesse 2007 (épuisé)

Un voyage dépaysant au cœur de la Polynésie.
Une héroïne attachante.
Une aventure à la fois fantastique et humaine.

poema_couv_72dpi

« Plus de partie de cache-cache entre les palmiers, plus de course sur la plage, ses parents n’ont plus le temps. Teiki le bébé a mangé le temps, il a mangé les rires et tout le bonheur de Poéma. Elle voudrait tant que tout soit comme avant… Elle était la préférée de sa mère, elle était la plus aimée de son père, et la maison était calme et gaie. Ses parents avaient choisi pour elle le prénom de Poéma, ce qui veut dire « perle », et même « perle propre des mers profondes », c’est bien la preuve qu’elle seule comptait pour eux. Mais c’était avant, avant la naissance de cet affreux bébé, Teiki, son frère. Perdue dans ses pensées, Poéma trace une grande spirale sur le sable. Elle voudrait se faire toute petite et disparaître dans la mer. La mer ! La voilà, la solution. Si Teiki disparaît, tous les problèmes disparaissent avec lui. Ses parents croiront qu’il a été enlevé par Hiro, le roi des voleurs. Et tout redeviendra comme avant. »

Poéma n’accepte pas que tout ait changé depuis la naissance de son frère. Elle décide de l’abandonner de l’autre côté de la barrière de corail, pour retrouver ses parents pour elle toute seule. Son voyage est une réelle incursion en Polynésie : la petite fille part, son petit frère sous le bras, sur sa pirogue, et glisse sur le lagon. Fleurs de tiaré, barrière de corail, chansons traditionnelles, requin, tous ces éléments nous plongent au cœur de Tahiti.

Poéma se lance dans un voyage insolite et fantastique. Engloutie par une tornade, elle pénètre dans le monde sous-marin à la rencontre d’étranges animaux aquatiques doués de parole : raie manta, anémones, poisson-clown… D’énigmes en rebondissements, la petite fille s’engouffre dans ce monde de l’ombre. Et progressivement, ses sentiments évoluent : son frère n’est-il pas en danger dans ce monde hostile ? Ne faut-il pas le protéger de tous ces monstres marins ? Le voyage fantastique devient trajet initiatique : petit à petit, Poéma comprend à quel point elle est attachée à son frère. Ce voyage la fait grandir.

Mention spéciale du Prix du livre insulaire d’Ouessant · Prix littéraire des écoliers de Rillieux-la-Pape 2008/2009 · Nomination à “Un livre au village” (La Cadière d’Azur, dans le Var)…

 

Une réflexion sur « Épuisés »

Les commentaires sont fermés.