• prix

    Une pépite et de la poésie

    Le salon du livre et de la presse jeunesse de Saine-saint-Denis a décerné ses pépites. Pas de pépite pour Filles de la Walïlü, nommée dans la catégorie “fiction ado”, elle revient à J’ai vu Sisyphe heureux, de Katerina Apostolopoulou aux très belles éditions Bruno Doucey. On ne peut pas en vouloir à la poésie quand elle prend toute la lumière sur le devant de la scène… La poésie est beauté, elle est rebelle, actuelle, essentielle. Vive la poésie ! Et vive les Pépites. La pépite d’or revient à Bernadette Gervais pour son imagier ABC de la nature aux éditions des Grandes personnes. Bravo à tous les lauréats et toutes les…

  • prix,  salon

    Les Pépites !

    Une grande joie J’aurais voulu écrire un article joyeux, à 100% heureux, vous dire tout simplement mon grand, mon très grand bonheur à voir mon roman Filles de la Walïlü nommé aux Pépites. Les Pépites du SLPJ et de France Télévisions sont des prix remis à l’ouverture du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse qui a lieu depuis plus de trente-cinq ans à Montreuil, en Seine-Saint-Denis. C’est “le” prix littéraire en jeunesse, ou plutôt “les”, puisqu’il y a une Pépite par catégorie : livre illustré, fiction junior, fiction ado et bande dessinée. Les titres sont sélectionnés par un comité de professionnel·es du livre, puis lus par un jury…

  • lecture,  résidence

    Au moulin de la Blies

    De la péniche au moulin Les mains dans la terre Au-delà de l’immersion dans ces traces du passé, j’avais besoin du contact de mes mains avec la terre, les couleurs… avec ce qui faisait le quotidien de ces ouvrières, de ces ouvriers. Bien sûr, ce n’est qu’une impression fugitive, un embrun venu du passé de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, de leur vie à l’usine. Aujourd’hui, le végétal court harmonieusement sur les ruines : plus de péniche pour apporter les blocs de pierre, plus de locomotive ni de wagon pour emporter les assiettes et les soupières. Plus de poussière de charbon ou de minéraux, plus d’odeurs. Aujourd’hui, tout…

  • carnet

    6 octobre, le jour d’Axl

    Elle est née un 6 octobre. Je me demande à quoi elle pensait, juste au moment où j’ai pris cette photo. On était toute une bande sur une île du bout du monde, on venait de marcher sur un volcan, on redescendait vers l’océan. On était bien. Peut-être était-elle en train de parler à l’un de ses personnages, ou de saisir au vol nos têtes effarées devant l’araignée géante qui grimpait sur le bras d’un copain ? Elle nous regardait et attrapait nos rires et nos peurs de son grand filet à papillons. Elle était là, si présente. Les volcans continuent de gronder, le ciel s’est couvert de brumes. Elle…